Jean Rouch, Primera Película: 1947-1991
Lallier

Ecole Normale Supérieure – Lettres & Sciences Humaines

Mois du Documentaire

Séance du 26 novembre 2004


« Jean Rouch. Premier film : 1947-1991 »

« Les Maîtres-fous »

Après la seconde guerre mondiale, Jean Rouch abandonne son métier d’ingénieur de l’Ecole des Ponts et Chaussées et part au Niger, en 1947, avec une caméra à ressort. Il filme une chasse à l’hippopotame, ainsi que les rituels de transe qui l’accompagnent. De retour à Paris, ses images font sensation. Le jeune cinéaste confie ses bobines de films aux Actualités Françaises qui en font un reportage digne des « grandes heures » de l’époque coloniale. Le commentaire n’a de cesse de rappeler « l’Afrique sans âge » et ses « rites millénaires », ses « mystérieux et éternels sortilèges »… Dans ce « Pays des mages noirs » - selon le titre du film - « les hommes ne sont plus que de pauvres choses aux mains de puissances inconnues ». Jean Rouch est effondré : « J’avais honte, dit-il. J’ai donc recommencé cinq ans plus tard, ça a donné "Bataille sur le Grand fleuve"… filmé dans le souci de partager mon regard avec les gens regardés ».
Quarante plus tard, Rouch règle ses comptes avec ce premier film : devant la caméra de Dominique Dubosc, il improvise son propre commentaire. Le propos affiche cette fois une neutralité descriptive, contrastant avec l’étrangeté apparente de l’action observée. Rouch « démystifie » ainsi l’état de transe en l’expliquant comme un procédé technique: « La salive qui sort de leur bouche est faite tout simplement par émulsion de salive et en tournant sa langue on fait une sorte de mayonnaise et ça n’importe qui peut le faire ». Ce commentaire à la fois distancié et attentif, crée un sentiment de singulière familiarité avec la situation. Par ce regard décalé, l’Autre n’est plus décrit comme la figure typique d’une différence culturelle, figée dans une représentation immuable. Chaque personne est observée pour son engagement dans une circonstance singulière, historiquement située, en tant qu’acteur social.
Ce point de vue descriptif rappelle très exactement celui des « Maîtres fous », film réalisé par Jean Rouch en 1955. La force et l’intelligence de ce documentaire réside en grande partie dans sa capacité à rendre compte d’une situation étrange et exotique par la logique même des actions observées : non seulement ce qui se joue ne nous apparaît pas dans l’isolement d’un événement lointain et hors du temps, mais interroge les représentations même de l’Occident.
Ces « Maîtres fous » se manifestent lors d’une cérémonie de transe de possession, organisée par une communauté de Songhays et de Zermas venus de la région de Gao (ex-Haute-Volta, actuel Mali) et de Niamey (Niger). Pendant la semaine, ces migrants sont ouvriers, manœuvres, dockers, voleurs à la tire… mais « tous les dimanches soirs, ils se livrent à des cérémonies que l’on connaît encore très mal, note Jean Rouch. Ils appellent les dieux nouveaux, les dieux de la ville, les dieux de la technique, les dieux de la force : les "Haouka" ». Un jour, tous les membres de la secte des Haoukas quitte la ville d’Accra pour participer à une grande cérémonie annuelle : au cours de danses rituelles, ils sont possédés par des divinités répondant au nom de « gouverneur », « caporal de garde », « conducteur de locomotive » ou de « lieutenant de la Mer Rouge » : ce dernier, par exemple, reproduit inlassablement la marche de parade de l’armée britannique. Lors de cette même cérémonie, une prostituée d’Accra -appartenant à la secte- est possédée par un génie femme : il s’agit de l’épouse d’un des officiers français qui arriva le premier au Niger à la fin du XIX° siècle !
Le rite de possession des Haoukas transgresse ainsi l’autorité coloniale : il représente les figures du pouvoir sous les traits d’un Théâtre de la cruauté, selon le manifeste d’Antonin Artaud. A propos des « Maîtres fous », Gilles Marsolais rappelle que « les crises de possession ont une vertu de catharsis : elles agissent sur (les possédés) comme une thérapeutique » *. Ces émigrants de la Gold Coast s’approprient ainsi leur propre traumatisme en le détournant à travers cette pantalonnade du colonialisme.
Jean Rouch sera violemment critiqué par l’ethnologue Marcel Griaule, celui-ci lui reprochant sa vision négative de l’Afrique Noire. Il lui demandera même de détruire le film… En fait, ce documentaire jouera un rôle majeur dans l’histoire du cinéma et l’anthropologie visuelle. Il influença également le théâtre. Jean Genet, par exemple, s’en inspira pour écrire « Les nègres ».

Christian Lallier


BIBLIOGRAPHIE

Quelques ouvrages collectifs :
Jean Rouch un griot gaulois, revue CinémAction, n°17, ed. Corlet-Télérama.
Demain, le cinéma ethnographique, revue CinémAction, n°64, ed. Corlet-Télérama.
L’autre et le sacré, surréalisme, cinéma, ethnologie, textes recueillis par C.W Thompson, Paris, ed. L’Harmattan, 1995.

et aussi,
Jean-Paul
COLLEYN, Le regard documentaire, Paris, BPI, coll. Supplémentaires, 1993.
Gilles
MARSOLAIS, L’aventure du cinéma direct, Paris, Seghers, 1974.
François
NINEY, L’épreuve du réel à l’écran, essai sur le principe de réalité documentaire, Bruxelles, De Boeck Université, 2000.
Marc Henri
PIAULT, Anthropologie et cinéma, Paris, Nathan cinéma, 2000.


INTERNET

De multiples sites -consultables à partir d’un moteur de recherche comme Google.fr- proposent des informations sur Jean Rouch. Voici trois sites plus particulièrement ciblé sur l’anthropologie visuelle, discipline de Jean Rouch.

comité-film-ethno.net Le Comité du Film Ethnographique (Paris) prévoit la constitution d’un site consacré exclusivement à Jean Rouch).

cnrs.fr Sélectionner « catalogue » puis rechercher « Rouch ». 33 fiches disponibles).

der.org Le site du Documentary Educational Resources, l’équivalent américain du Comité du Film Ethnographique… aux dimensions des Etats-Unis. Un important site consacré à Jean Rouch sera opérationnel à partir du 12 novembre 2004.)

retour

version imprimable